Et si vous tentiez l’Indre à Vélo

Le département s’offre aux curieux, à condition de pédaler un peu

par Nicolas Tavarès

L’Indre s’est raccroché à la Loire à Vélo et propose un itinéraire de quelque 220 km dévolu aux cyclotouristes et autres touristes pédalant.

Un midi de mai face au kiosque du jardin public d’Issoudun. Jutta et son mari, couple de touristes allemands aux mollets affûtés depuis qu’ils ont quitté Strasbourg à vélo, font leur pause casse-croûte. La conversation s’engage. « Nous rejoignons Châteauroux ce soir et ensuite le château de Chabenet pour 6 jours de repos avant de rentrer. » « Et vous ne faites pas la Loire à Vélo ? Depuis Châteauroux, vous pouvez la rejoindre grâce à l’Indre à Vélo ? » « Ah ! Non. Nous ne le savions pas » lâche Jutta en se replongeant dans un guide qui ne mentionnait pas cette particularité pédalante et touristique en plein essor.

Pierre Duguet, coordinateur du Comité d’itinéraire et en charge des infrastructures de l’Indre à Vélo, ne manquera pas de noter la chose. En lien étroit avec Hubert Gibelet, chargé de la promotion et de la communication de l’itinéraire, il développe ce parcours « balisé aujourd’hui dans les deux sens entre Azay-le-Rideau et Jeu-les-Bois via Loches et Châteauroux » explique-t-il. La véloroute Indre à Vélo s’improvise ainsi passerelle entre la Loire et l’itinéraire Saint-Jacques à Vélo qui traversera prochainement le sud du département. « Ainsi, pour l’été 2019, le tracé de l’Indre à Vélo vous conduira vers les sources de l’Indre à Saint-Priest-la-Marche dans le Cher soit un total de plus de 300 km. »

Entre Loire à vélo et Chemin de Saint-Jacques

C’est en 2008 qu’une première réflexion a été menée sur le développement de l’Indre à Vélo. Le balisage a débuté courant 2010 et les cyclotouristes ont évidemment été les premiers ciblés. Aujourd’hui, chacun, du randonneur du dimanche au touriste itinérant, peut profiter de deux carnets de route détaillant toutes les particularités du parcours. Depuis le début de l’été, le célèbre guide Chamina s’est lui aussi penché sur la question. Ce topoguide bien connu venant répertorier tous les points d’intérêt autour des communes traversées par le parcours. Une voie ouverte à la circulation, mais où « les plus petites routes peu fréquentées sont privilégiées », précise Pierre Duguet.

Le projet a toutefois été pensé dans sa globalité. Depuis Bréhémont, point de convergence entre Loire et Indre à Vélo jusqu’à la source de l’Indre, le Comité d’itinéraire s’attache à développer des services de qualité par exemple le déploiement du label Accueil Vélo auprès des prestataires touristiques. D’aucuns pourraient penser que s’écarter de la Loire amenuiserait les perspectives de développement. Comme notre couple de cyclotouristes allemand, il ne vous reste pourtant plus qu’à composer vos étapes pour partir à la découverte de la rivière Indre au grand air.

Site L’Indre à Vélo
Site la Loire à Vélo

Les Grands écrivains

Parmi les nombreuses perspectives de développement de l’Indre à Vélo, Pierre Duguet ne cache pas la volonté du Comité d’itinéraire de thématiser le parcours. « Nous avons identifié différents sujets à travailler, notamment les espaces naturels remarquables le long de l’itinéraire en collaboration avec Indre Nature ou encore sur la thématique des grands écrivains… Ce sont des exemples parmi d’autres, mais nous devons être en mesure de renouveler constamment notre offre. » Il en va du développement touristique tout autant que des retombées économiques non négligeables. En moyenne, par jour et par personne, un touriste à vélo dépensera en effet de 50 et 70 €…

Rechercher
X