Fiish, un pochoiriste à la DS

Au travers de collages et de pochoirs, l’artiste sort des sentiers battus

Par Nicolas Tavarès

Le pochoiriste Fiish expose à La Dernière Séance

FIISH, 28 ans, est Lillois d’origine mais travaille dans le Cher. Son travail de collage et de pochoir est visible à la Dernière Séance jusqu’au 8 mars.

« Mon pseudo vient des patins à roulettes de mon enfance, des Fisher Price ! Et j’ai d’ailleurs 25 ans de roller derrière moi. » Voilà pour les présentations de cet artiste amateur dont la thématique essentielle « est centrée sur l’absence de regard. Ou plutôt attirer le regard des gens sur ce qu’ils n’ont pas envie de regarder. » Sans doute parce que dans la vie de tous les jours, Fiish est travailleur social. « Ma douce utopie est de devenir artiste professionnel. Depuis deux ans, j’expose régulièrement à Lille, Orléans ou Vierzon et aujourd’hui à Châteauroux. Mon travail débute par un collage, voire directement sur de la peinture. J’aime travailler sur du papier journal vieilli pour le rendu jauni. J’arrache les feuilles volontairement. J’utilise ensuite mes bombes aérosols sur des pochoirs découpés par moi-même. »

L’une des oeuvres exposées à La Dernière Séance. (Photo Fiish)

Fiish en pleine réalisation d’une oeuvre.

Fiish
Facebook : Fiish

Rechercher
X