La petite musique du Chopin

Repris il y a un an, le bar castrais a relancé la scène ouverte

par Nicolas Tavarès

«Venez partager une chopine de jam» : le parfait résumé de l’état d’esprit du bar musical castrais.

Victor Aparicio n’en fait pas secret, dans un premier temps, lorsqu’il a repris le Chopin à La Châtre, il pensait en faire un bar hôtel restaurant tout ce qu’il y a de plus traditionnel. «C’était en décembre 2017 puis il y a eu quatre mois de travaux avant l’ouverture en avril dernier. Je n’avais pas d’idée précise, mais on partait sur un bar avec des jeux à gratter et le PMU…» Sauf que Victor, qui a longtemps baigné dans la musique, s’est laissé rattraper par les notes. Et puisqu’il avait gardé pas mal de contacts chez les musicos «faire du Chopin un bar musical s’est imposé.» Exit les pronostics équestres, oubliées la chance au grattage et celle au tirage, en quelques mois le Chopin va lâcher les décibels.

L’été dernier, la cour attenante accueillera ainsi ses premiers concerts avec la scène locale. «À la rentrée, j’ai mis en place une scène ouverte chaque deuxième samedi du mois. Le premier samedi du mois, dans un tout autre style, il y a également un DJ qui vient animer les soirées.» Diversifier son offre pour aller chercher une nouvelle clientèle… Mais ce sont bien les soirées « Venez partager une chopine de jam » qui font le succès de l’endroit. «Lorsque l’on a défini les boeufs concert, on souhaitait que les musiciens viennent jouer comme s’ils étaient chez un pote.» Un esprit qui a vite trouvé son public. «Et pourtant on m’avait prévenu : « Fais attention, l’hiver, les scènes ouvertes, ça ne marche pas ! » En février, il y avait une centaine de personnes dans la salle» témoigne Victor dans un éclat de rire. «Comme nous acceptons tout le monde, musiciens amateurs et professionnels, il y a tous les styles. Du rock, de la chanson française. Il n’y a aucune restriction sur les répertoires. C’est un principe que les gens aiment» souligne encore le propriétaire. Depuis peu à La Châtre, son établissement reste le seul à organiser des scènes ouvertes : «Professionnellement, ça ne me gêne pas. Personnellement, en revanche, j’aimerais que ça se développe dans la ville parce que la musique fait du bien au moral et on en a besoin en ce moment. Il suffirait qu’on s’entende sur les dates pour ne pas se marcher sur les pieds.» Un voeu pieu qui pourrait trouver un écho favorable «parce que les musiciens, eux, sont en demande de ce genre de scène !»

Le Chopin
Facebook : Le Chopin – La Châtre
20, rue de Belgique à La Châtre

Rechercher
X