L’engagement citoyen, c’est ça !

S’investir pour la citoyenneté ? Habitat Jeunes montre l’exemple

par Nicolas Tavarès

Vaste sujet que l’engagement citoyen. Il ne faut pourtant pas en faire une montagne. La preuve par l’exemple avec l’Union régionale pour l’habitat des jeunes.

Qui s’engage dans une association, culturelle, sportive ou sociale, fait, parfois sans le savoir, un geste citoyen. En cette année de la jeunesse, vivier forcément salvateur pour le bénévolat, Carré Barré a eu envie de braquer un projecteur sur l’Union régionale pour l’habitat des jeunes (URHAJ). Pourquoi elle plus particulièrement ? Et pourquoi pas… En parler, c’est déjà l’occasion de lever le voile sur une structure associative très présente dans l’Indre que ce soit à La Châtre (Résidence Pasteur), Châteauroux (Résidence Habitat Jeune), dans le Pays d’Argenton ou avec le Relais Brenne Initiatives Jeunes. Autant de points d’accueil qui accompagnent les jeunes (de 16 à 25 ans) sur le chemin de l’autonomie.

« Nous nous adressons à une cible qui se retrouve face à des problématiques de logement au moment de suivre une formation professionnelle, assurer une mission ou accepter un premier emploi, le tout dans une grande mixité sociale » explique Stéphane Bauché, encadrant à la Résidence Pasteur. Car une fois installés dans la structure, les jeunes découvrent alors les valeurs du vivre ensemble. C’est là que les animateurs de l’URHAJ entrent en jeu. « Notre projet social, c’est de valoriser leurs compétences et leur montrer qu’il y a plusieurs sortes d’engagements. » En avril dernier, l’union régionale organisait par exemple un rassemblement sur la base de plein air du Blanc. Un temps d’échange convivial le temps d’un week-end pour une quarantaine de jeunes venus de tout le Centre-Val de Loire. « Ce n’est pas parce que tu as trouvé une activité professionnelle que tu sais comment faire entendre ta voix et prendre une part active à la vie de la cité » reconnaissait alors Caroline Auger, déléguée régionale de l’URHAJ.

Un projet de bière artisanale

« Nous profitons donc de ce rassemblement pour travailler sur les axes les aidant à prendre leur envol, et dans un deuxième temps, les amener vers l’engagement associatif. » Parmi les jeunes présents, Anaïs et Lino déjà impliqués dans la vie de la résidence Pasteur. « Anaïs a découvert l’engagement citoyen en arrivant chez nous, raconte Stéphane Bauché. S’engager, c’est être dans une association en étant bénévole, mais pas consommateur. Aujourd’hui, Lino et Anaïs font partie du conseil de vie sociale de la Résidence Pasteur. » Si leur rôle va maintenant les conduire à partager leur expérience lors des universités d’automne de l’Union nationale (lire ci-dessous), il ne s’est pas résumé à siéger dans un conseil d’administration. À La Châtre, le duo et une partie de leurs congénères ont ainsi mené à bien le projet de commercialisation d’une bière artisanale. « Notre rôle est de montrer qu’il existe plusieurs sortes d’engagements, insiste Stéphane Bauché. Nous sommes là pour qu’ils s’intéressent, prennent en main leur territoire ou interviennent dans tout autre domaine. Participer à la vie citoyenne, c’est faire bouger les règles. » Il en va ainsi à l’URHAJ mais également dans tout le monde associatif. Renseignez-vous !

Anaïs et Lino aux universités d’automne…

« S’engager aujourd’hui ». Vaste sujet sur lequel les participants aux universités d’automne de l’Habitat Jeunes à Port-Bacarès (Pyrénées-Orientales) phosphorent trois jours durant (du 5 au 7 octobre). Parmi eux, Anaïs et Lino, deux membres du conseil de vie sociale de la résidence Pasteur, à La Châtre. Nous les avions rencontrés au Blanc en avril dernier alors qu’ils présentaient, entre autre, avec leurs camarades de la résidence Pasteur leur bière artisanale, fruit d’un projet original. À Port-Bacarès, Lino et Anaïs vont passer à la dimension supérieure. « Les Universités d’automne, c’est le grand rassemblement de notre union nationale, explique Stéphane Bauché. Un temps d’échanges entre professionnels et jeunes. Lino, qui est apprenti ingénieur qualité et membre de la SNSM, attend de découvrir d’autres formes d’investissements. » Un anthropologue, un Youtubeur, un élu de la Région Occitanie, une doctorante en sciences politiques figurent ainsi au rang des intervenants pour démontrer qu’aujourd’hui, il existe effectivement de multiples formes d’engagement.

Rechercher
X