Non Fernand, t’es pas tout seul

Jacques Brel était un rocker. Cinq musicos de l’Indre vous l’assurent

« Brel Rock Experience ». Derrière ce mystérieux projet se cachent les Fernand, cinq musiciens entraînés dans une aventure originale par l’ancien leader des Breuvachons. Alors le grand Jacques rockeur ? Oui, forcément.

TALENTS-Fernand-Rock-Experience0453D’abord, il y a la date (le 4 avril 2016) qui sonne comme un acte de naissance printanier sur la scène du 9 Cube. Et puis il y a la gouaille de Seb, qu’est belle et puis qui braille. Faut vous dire monsieur, que chez ces gens-là, on ne cause pas, non, on ne cause pas. On chante.

Quoi qu’il arrive dans cent ans, la petite histoire musicale indrienne retiendra qu’une bande de cinq musicos avident d’expériences a osé affirmer que Jacques Brel était un rocker dans l’âme. Pas un blasphème, non. « Une certitude » préfère dire Sébastien Raingon. « Je nettoyais mes CD et je suis tombé sur ceux de Brel. Je les ai réécouté et je me suis dis : Il est Rock’n’Roll ! » Seb, sevré de scène depuis plus d’un an, s’est imaginé reprendre quelques morceaux de l’artiste en les remaniant. Il était convaincu du bien-fondé de sa démarche. Restait à convaincre quelques copains pour l’accompagner dans cet étonnant projet.

Ainsi naquit le club des cinq

Aventure humaine d’un genre nouveau « Brel Rock Experience » s’appuie justement sur les acquis d’un quintet bien connu dans le coin. Seb Raingon, ex feufollet bondissant des «Breuvachons», a d’abord entraîné Lionel Prévot qui avait lui-même croisé la route de David Carrère («Brain Surgery», «Les Breuvachons», «Les Lupins») voici quelques années. La base des «Fernand» était toute trouvée, manquait une batterie et une basse. Jérémy Boucher («Black Birds», «Zodiane», «Poul Deluxe») s’installait sur le siège de la première entraînant Anthony Monicault, son compère croisé chez «Sirkuss» et «Manston». Tout n’est qu’histoire de connexion.

Mais reprendre Brel à grands coups de rifs tonitruants n’est pas chose aisée. « J’en avais parlé à David (Carrère) qui m’a dit que ce n’était pas simple effectivement. Puis je suis allé voir Lionel (Prévot). Je lui ai proposé le truc, mais il ne voyait pas le concept… » Lionel en convient : « Ça a mis du temps à démarrer. Il fallait les musicos pour… » David ajoute : « Seb a mis un an à me convaincre en fait. Il n’y avait aucune perspective, ce n’était pas palpable. On a fait trois ou quatre répèts’ et j’ai vu où il voulait en venir. On avait joué ensemble avec Lionel il y a quelques années, on s’est retrouvé là-dessus. Il y a des morceaux tellement joyeux mais profonds chez Brel. On a écouté pas loin de 150 chansons de lui. Tout était envisageable. » Jérémy Boucher et Anthony Monicault mordant à leur tour à l’hameçon, il fallait alors s’accorder sur un nom. Donner au projet une prestance digne de Brel. Puisque, étymologiquement, le prénom Fernand, né du germanique Fridunand, signifie paix (Frid) et hardi (Nand), les cinq copains se sont trouvé suffisamment hardis et en paix avec eux-mêmes pour en affubler le nom du groupe.

Kiss Kiss Bankeurs, amis et tourneurs dans la salle

TALENTS-Fernand-Rock-Experience0435Vint dans le même temps la quête des bons titres. « J’imaginais des saturations, des samples, de la batterie » s’enflamme Sébastien. Les Fernand s’accorderont donc sur « Fernand », « Le Plat Pays », « Amsterdam », « Ces gens-là », « Vesoul » et « Sans exigence ». Casse-gueule et exigent quand on se souvient de l’hommage « Aux suivant(s) » commis par plusieurs artistes francophones en 1998 et dont on ne retiendra que les performances d’Arno, Noir Désir, Kent ou les Têtes Raides.

Mais les Fernand ont assuré leurs arrières. Ils ont réactivé leurs réseaux, ont monté une association (FRD Production) qui a dévoilé une partie du projet sur la plateforme de financement participatif Kiss Kiss Bank Bank. C’était en novembre dernier. La bande avait un mois pour convaincre le grand public et tenter de rassembler sur le seul nom de « Brel Rock Experience » les 3.300 € nécessaires à la réalisation d’un album. Les « Kiss Kiss Bankeurs » ont fait dépasser les espérances de 300 €. La plupart d’entre eux étaient présents au 9 Cube début avril en compagnie de tourneurs et d’autres musicos amis. « On s’est préparé chez moi et la grosse découverte s’est faite au moment de la résidence dans la salle. L’angoisse, c’était de ne pas plaire » avoue Lionel.

« On avait évidemment de l’appréhension parce que tu t’attaques à du gros, à un homme comme Brel ! » ajoute Seb. 45 minutes de concert plus tard, David redescendait de scène un sourire banane grand comme ça sur le visage. « On avait besoin du retour des gens. On s’est fait plaisir. »

Evidemment, le jour de cette naissance et de la renaissance rock du répertoire de Brel, tout n’a pas été parfait. Mais « Brel Rock Experience » a convaincu l’auditoire. L’alchimie entre l’interprétation de Seb et les musiciens s’est faite naturellement.

Et maintenant ? Direz-vous… C’est une vague de concerts qui va porter loin les Fernand; la sortie de l’album en juin; et un public encore plus grand qu’il va falloir aller prendre par la main. Chez Carré Barré, vous vous en fichez peut-être, mais on est déjà fan !

FRD Production

Tel : 06 86 80 26 43

contact@frdprod.com

Rechercher