Ouvert à toutes les oreilles

Blizzard Festival, électro et éclectique, attend le grand froid de pied ferme

par Nicolas Tavarès

Il a fallu 5 ans pour que le Reggae Temple Issoudun trouve son public. Et si le cousin Blizzard de Châteauroux touchait le graal en trois éditions…

Le Blizzard Festival était entré dans le paysage culturel en frappant fort, proposant Étienne De Crécy, parrain de la scène électro française, comme tête d’affiche. Deux ans plus tard, alors que se profile la 3e édition de la manifestation castelroussine, Bastien Rabois admet « qu’une telle tête d’affiche, on ne peut pas le faire tout le temps. Même avec une très gosse, il y a toujours un risque. » Le programmateur a essuyé les plâtres pendant deux ans et l’édition 2016 a, de son propre aveu, « été compliquée pour l’accueil du public, le thermomètre descendant à -10°. Et notre programmation avec The Hacker, pourtant référence de la scène électro française, n’a pas suffi. Il y a eu un déficit de public. » Bastien n’en fait pas mystère, l’organisation est sur le fil du rasoir et elle a donc décidé de limiter les risques.

« Ma problématique, c’est que le Blizzard doit être festif, que les gens dansent. Alors nous avons à nouveau fait le pari de l’éclectisme en essayant de faire jouer des projets nationaux, internationaux voire mythiques ! » Châteauroux n’en sera pas loin avec Chapelier Fou et Rebeka Warrior sans les Sexy Sushi, mais suffisamment remuante et punk dans l’âme pour secouer le parvis d’Équinoxe. Les deux sont les têtes d’affiche de l’édition à venir. Rebeka Warrior et Chapelier Fou Dans un souci de se diversifier,

Bastien Rabois dévoile également des partenariats avec la scène nationale Équinoxe qui accueillera Chloé & Vassilena, ou avec Caiman, promoteur d’un tremplin électro local articulé autour de Loundsound, Tron-X, et Sky The Turtle. « C’est notre rôle de défricher, assure Bastien. Ce sera le cas avec Irène Dresel, issue de la scène régionale, et nous avons également parié sur l’éclectisme avec Chapelier Fou et un DJ en train de se révéler : Douchka. Cette année, on compose du cohérent sans tomber dans l’électro pointue. En plein hiver, nous n’avons pas le choix, il faut réchauffer les gens et même si on retrouve des -10°, l’accueil du public sera très chaleureux. On a réglé ça avec Joffrey Deriaud… »

Blizzard Festival
1er et 2 février
Parvis d’Équinoxe à Châteauroux
Facebook : Blizzard Festival

Rechercher