Une histoire américaine

Bernaer, Mascle, Ducoudray (avec Anlor) composent la sélection du mois

HISTOIRE

1951-1967 : les Américains à Châteauroux, de Bruno Mascle, éditions La Bouinotte – 26 €

Né d’une série d’articles écrits par Bruno Mascle, journaliste à La Nouvelle République, « 1951-1967 : les Américains à Châteauroux » revient sur une période marquante de l’histoire du chef-lieu de l’Indre. Un véritable choc des cultures dont Châteauroux ne s’est jamais véritablement remis. S’appuyant sur des trésors iconographiques souvent inédits, Bruno Mascle ravive des souvenirs d’un autre temps, celui où Châteauroux dévorait à pleines dents l’American way of life en même temps que s’ouvrait un âge d’or désormais révolu.

Voir la vidéo associée

ROMAN

Six pieds sous couette, d’Yvan Bernaer, éditions La Bouinotte – 5,80 €

Quels secrets cachent Max, Nanie et leurs voisins ? Quels cadavres sont enterrés sous les tulipes ? Entièrement écrit en dialogue, « Six pieds sous couette » nous entraîne, avec délectation, chez des retraités pas si tranquilles. Dans l’intimité de leur chambre, l’auteur fait évoluer trois couples en tête-à-tête dans des huis clos aussi sordides que comiques. Yves Bernaer nous plonge dans une nouvelle aventure littéraire qu’il mène avec brio et nous tient en haleine jusqu’à la dernière ligne. Cerise sur le gâteau, une nouvelle vous permet de prolonger le frisson !

Voir la vidéo associée

BD

A coucher dehors t.2, de Anlor et Aurélien Ducoudray, Grand Angle – 20 €

Nicolas, l’apprenti cosmonaute trisomique a disparu ! Amédée essaie tant bien que mal de le trouver au milieu des visiteurs de l’astro parc… à la maison « Prie Dieu » a fait des siennes. Il a accroché sur le toit de la bicoque des signes religieux, provoquant un afflux des adeptes de toutes les confessions et des médias de tous bords. Amédée se passerait bien de cette publicité qui attire l’attention des autorités et est synonyme de gros ennuis à venir. Les trois héros d’Anlor et Aurélien Ducoudray sont de retour pour boucler l’aventure et une fois encore, ça n’engendre pas la monotonie…

Enregistrer

Enregistrer

Rechercher