Poésie sous la yourte

Le Cirque Plein d’Air renoue avec la tradition circassienne

par Nicolas Tavarès

Toute cette année particulière, le Cirque Plein d’Air a tenté de prendre ses aises dans l’Indre avec sa yourte-chapiteau et son spectacle « Baltringue ».

La yourte est l’habitat traditionnel de nombreux nomades d’Asie centrale. Mais la tente mongole sied également aux terres limousines. En tout cas, à La Souterraine, Anne Desmoucelles et Joseph Defromont en ont fait l’écrin «chaleureux et intimiste» de leur compagnie, Le Cirque Plein d’Air. Leur yourte, fabriquée de leurs mains, devait se poser sur le parvis d’Équinoxe à Châteauroux du 6 au 9 novembre. Puis la tente allait se lancer dans une itinérance de bon aloi vers Villedieu-sur-Indre. Pour que le fil artistique soit toutefois renoué, il faudra patienter jusqu’à 2021 après un nouveau rendez-vous manqué avec l’Indre pour les raisons que l’on sait.

«2020 devait être une très grosse saison pour la compagnie, raconte Anne. « Baltringue », notre spectacle, est sorti en novembre 2018 et cette année nous avions intégré le projet Archipel avec Équinoxe. Archipel, ce sont des ateliers ponctuels auprès des écoles primaires et collèges qui nous permettaient des implantations et des restitutions de spectacle. D’ailleurs, ce devait être le cas avec les élèves du collège Colbert le 5 novembre.» Un prélude à « Baltringue », troisième création de la troupe, spectacle axé sur le lien entre le porté acrobatique et le musicien (Simon Morant, ndlr). «Nous l’avons beaucoup joué en Nouvelle-Aquitaine, mais nous souhaitons nous ouvrir à d’autres régions et le projet immédiat, c’est de faire tourner « Baltringue » encore trois ou quatre ans.»

Cinquante minutes et une surprise

De ce spectacle qui tire sa quintessence dans l’intimité de la yourte, Anne ne veut rien déflorer : «Nous nous nourrissons de théâtre et de musique. Nous sommes aujourd’hui dans une dimension poétique pour ce spectacle de cinquante minutes et une surprise finale.» Tout au plus peut-on vous préciser qu’avec « Baltringue », vous êtes au plus près des circassiens. Malgré le Covid-19 : «En temps normal, la yourte peut accueillir 110 personnes. Il nous a fallu baisser la jauge à 50 personnes. Nous avions pensé faire une adaptation pour la scène, mais « Baltringue » est fait pour la yourte. Et puis pour nous, le cirque, c’est circulaire, itinérant…» Le vent finira bien par porter la yourte dans l’Indre. Alors, nous ne bouderons pas notre plaisir et nous profiterons de la yourte jusqu’à plus soif.

Rechercher
X