Sweet Lady dans tous ses états

Le groupe castelroussin sort de sa zone de confort musical

par Nicolas Tavarès

Sweet Lady, c’est plus qu’un groupe à cocktails. Entrez dans un univers de reprises teintées de soul et de jazz.

Ah! si les soirées de l’ambassadeur avaient connu Sweet Lady, pas certain que des rochers chocolatés auraient eu autant de succès. Groupe à cocktails et mariages parfaitement assumé, Sweet Lady est un trio formé de Lydie Ballereau (chant), Ludovic Rabier (piano) et Bruno Pasquet (basse). Piliers du combo depuis sa création en 2015, ils sont capables de devenir quatuor, quintet voire même sextet au gré des formules. Car Sweet Lady, c’est bien plus que des ambianceurs de soirées événementielles, «où il arrive que l’on joue devant des gens qui ne nous écoutent pas» sourit Ludovic. Alors pour se démarquer et se faire entendre, le groupe n’a pas hésité à ouvrir son horizon.

Brassens revisité

«Nous nous sommes diversifiés» abonde Lydie. «On retravaille toutes nos covers et on les répète en amont» ajoute Ludovic pour écarter toute idée d’improvisation. Sweet Lady emprunte donc des chemins de traverse où les reprises en question prennent des couleurs soul ou jazzies. Écoutez le « Je me suis fait tout petit » de Brassens, vous comprendrez. Mieux, pour dérouter tout autant que séduire, Sweet Lady s’est mis « Dans tous ses états : chanson d’une vie », du nom du spectacle concocté pour le plaisir des oreilles. Il devait être joué mi-juillet, chez le photographe Maxime Dollo, qui a figé la nouvelle identité visuelle du groupe, il s’offrira finalement à vous ce 4 septembre à Saint-Maur (voir l’agenda) avant de filer vers Maron, Thizay ou Ardentes.

Ce projet clé en main, miroir de leurs envies musicales, Lydie, Ludovic et Bruno l’ont lancé il y a trois ans. Ils ont profité du confinement pour repenser leur campagne de com’. Il y a d’abord eu l’incontournable « confi’live » puis la bande est passée à la vitesse supérieure. Du décalé qui a atteint sa cible : les parodies « Konbino » ou le teaser du spectacle collectionnent les likes sur Facebook en dévoilant une Lydie totalement décomplexée. Bien dans l’esprit de Sweet Lady. Et du coup, si le Covid-19 avait annulé des contrats, l’offensive sur les réseaux sociaux a rempli de nouveau le carnet de bal, pas uniquement en cocktails et mariages. Et en plus, maintenant, on l’écoute Sweet Lady.

Sweet Lady
Tél.: 06 73 20 25 29
sweetlady.contact@gmail.com

Rechercher
X