Un fleuron au cœur de la Brenne

La Maison du Parc : une fourmilière au royaume des cistudes…

par Nicolas Tavarès

Ce mois-ci, Carré Barré vous invite à découvrir ou redécouvrir la Maison du Parc, indissociable du Parc naturel régional de la Brenne et de ses nombreuses missions.

« On y rencontre des ornithologues avec leur matériel photo, des cars de touristes, des créateurs d’entreprise, des écoliers venus visiter une exposition d’art plastique ou la brigade des chasseurs d’écrevisses ! » Ce pourrait être un inventaire à la Prévert. Ce n’est en fait qu’un petit résumé de ce qu’est la Maison du Parc naturel régional de la Brenne (PNRB), sise à l’ombre du château du Bouchet, « un lieu de vie éclectique » ponctue finalement Estelle Sauret, chargée de communication du Parc. Ouverte en 1994 à quelques encablures de Rosnay, la Maison du Parc est une vaste fourmilière, un centre névralgique tout à la fois économique, social et touristique du Parc naturel régional de la Brenne (PNRB) désormais dirigée par Guy Leroy, directeur à mi-temps de la communauté de communes Brenne-Val de Creuse, et Sébastien Lalange, directeur adjoint. Un endroit qui ne connaît quasiment pas la morte saison.

Les Indriens qui salivent à l’idée d’aller y déguster une tartine brennouse à la carpe fumée seraient sans doute surpris d’apprendre que la Maison du Parc n’est pas seulement une boutique de produits régionaux ou un espace dégustation géré par une association qui emploie sept personnes. C’est beaucoup plus… Le corps de ferme se partage ainsi entre le siège administratif du PNRB, réunissant une trentaine de personnes réparties en 5 pôles thématiques (Nature/ environnement, Patrimoine/paysage/urbanisme, Développement local, Tourisme, Éducation/culture), un espace dégustation (avec une carte presque inchangée depuis son ouverture), la boutique donc, mais aussi une maison des entreprises (siège d’Initiative Brenne qui gère une cinquantaine de dossiers de reprises, créations chaque année). Sans oublier les antennes délocalisées avec la Maison de la Nature à Saint-Michel-en-Brenne, la Maison de l’Enfance et sa ludothèque à Douadic.

Inutile de dire que la création de Destination Brenne, office de tourisme intercommunautaire mis en place depuis le 1er janvier va apporter une nouvelle dynamique au territoire et à la Maison du Parc en particulier qui centralisera les actions dans le but « d’optimiser et développer les moyens pour mettre en oeuvre une politique touristique unique, cohérente et concertée. »

Et maintenant, Destination Brenne

Nous voilà bien loin du pique-nique dominical privilégié par les Indriens quand ils ne font pas de la Maison du Parc le point de départ d’une randonnée. « Vous ne connaissez pas la Brenne, vous arrivez forcément ici. La Maison du Parc, c’est le nœud, le passage obligé… Même en hiver, le week-end, c’est toujours plein » s’enthousiasme Estelle Sauret.

Au milieu de la cinquantaine de parcs régionaux labellisés en France, celui de la Brenne est un bon élève. Présidé par Jean-Paul Chanteguet, il voit sa fréquentation annuelle (de 68000 à 70000 visiteurs) subir des pics au gré des mises en valeur dans les salons ou des éclairages télévisuels (lire ci-dessous). Estelle Sauret : « L’idée n’est pas de chercher la notoriété à tout prix, mais il faut faire connaître ce territoire. Il a un fort impact sur la vie locale. » En lien avec l’Agence de développement du tourisme dans l’Indre, le PNRB ne laisse pas insensible les touristes du nord de l’Europe : Belges, Hollandais sans oublier Britanniques, nombreux à venir découvrir les charmes brennous. Ceux-là et bien d’autres apprécieront d’apprendre que le château du Bouchet, récemment racheté par un particulier, pourrait devenir un lieu d’hébergement de charme. Une corde qui manquait à l’arc du Parc Naturel

Régional de la Brenne.
Maison du Parc à Rosnay
Le Bouchet 36300 Rosnay
www.parc-naturel-brenne.fr

La notoriété ça se travaille


En 2011, l’émission « Des Racines et des Ailes » consacre l’un de ses numéros à trois parcs régionaux. Parmi eux, celui de la Brenne. Un coup de projecteur qui va booster les visites touristiques (76 000 visiteurs répertoriés à la Maison du Parc) et virtuelles (les connexions sur le net furent multipliées par 3). Depuis, la fréquentation de la Maison du Parc ne descend guère sous les 68 000 personnes chaque année. Les salons « Destination Parcs », en octobre dernier à Bercy-Villages, ou une présence régulière au « British Bird Watching Fair » à Birmingham (Grande-Bretagne) participent également à la mise en lumière du Parc Régional de la Brenne. En décembre, la chaîne « Ushuaïa Nature » a envoyé une équipe passer trois jours dans l’Indre pour y préparer un sujet que lui consacrera l’émission « Bougez Vert » dans la deuxième semaine de janvier. Encore un coup de boost…

Rechercher