Des fèves en attraction

Les Pâtissiers de l’Indre et l’A2i vont faire des fabophiles heureux

par Nicolas Tavarès

L’Agence d’attractivité de l’Indre et les Pâtissiers de l’Indre s’associent pour présenter une série de six fèves déclinant la cistude emblématique. L’opération sera lancée sur les réseaux sociaux à partir du 14 décembre.

Le savoir-faire pour l’association des pâtissiers et le faire savoir pour l’Agence d’attractivité de l’Indre (A2i). Ainsi peut-on résumer le partenariat que vont officialiser les deux entités peu après la mi-décembre. En prévision de l’Épiphanie (mercredi 6 janvier 2021), une série de fèves aux armes de la cistude vont déferler sur l’Indre et faire des heureux : les fabophiles. Ainsi nomme-t-on les collectionneurs de fèves qui vont pouvoir s’offrir la série sur laquelle planchent pâtissiers et A2i depuis la fin de l’hiver.

«Les premiers contacts remontent à décembre 2019, mais les fèves pour l’Épiphanie 2020 étaient déjà commandées, se souvient Franck Grabowski, président des Pâtissiers du département. Nous nous sommes revus avec l’A2i en février pour lancer enfin l’opération. C’était une action dynamique supplémentaire. Malheureusement le premier confinement est tombé…» S’il n’a pas freiné l’enthousiasme des uns et des autres, le coronavirus a toutefois contraint les pâtissiers à phosphorer sur le seul projet fève. Franck Grabowski : «C’est une très belle opération, mais à moitié achevée puisque nous souhaitions également travailler une galette spéciale pour l’occasion. Dans le même temps, il fallait aussi penser à la bûche de Noël (lire par ailleurs). Le Covid nous a empêché de nous réunir comme nous l’aurions souhaité.»

Tant pis pour la galette, mais la fève, elle, n’attendait pas. Et l’affaire a donc été rondement menée par Christiane Bernard (La Maison du Wladimir à Argenton) à qui la mission a été confiée. Les prototypes en main, elle explique : «À l’origine du projet présenté lors de notre assemblée générale, il s’agissait de travailler sur une seule fève. J’ai proposé que l’on réfléchisse à une série parce qu’il existe un marché des fabophiles et que nous ne ferons peut-être qu’une seule collection dans notre carrière!»

Disponible en offices de tourisme

La cistude s’imposait. Elle sera déclinée dans sa couleur tricolore officielle (ci-dessus) mais également en « gold » et noir et blanc. Les trois autres fèves mettront en lumière les logos de l’association des Pâtissiers, de l’Agence d’attractivité et le département, repéré sur une carte de France. En tout, 5 000 pièces vont être fabriquées et plusieurs centaines de coffrets seront préparés.

C’est à partir d’ici que les forces vives de l’A2i, emmenées par le président Christian Bodin et le nouveau directeur Thierry Bluet, entrent en action. Car n’est pas (véritable) galette des rois qui veut. Aucun décret ne la régit, mais traditionnellement le calendrier impose aux boulangers et pâtissiers de la mettre en vente entre le premier dimanche suivant le 1er janvier et la fin du mois.

L’A2i se chargera donc de dévoiler la série de fèves à la mi-décembre via les réseaux sociaux Facebook et Instagram et par une campagne de flyers également. «Il y aura des coffrets à gagner et d’autres seront vendus dans les pâtisseries membres de l’association et dans les offices de tourisme, nous indique-t-on à l’Agence d’attractivité de l’Indre. Un sac à galette spécial sera enfin proposé. Et si la situation sanitaire nous le permet, début janvier, nous organiserons le lancement de l’opération avec une dégustation de galette.» Le fameux combo « mettre les petits plats dans les grands », en somme, pour que les fèves indriennes viennent garnir galettes, étagères des collectionneurs et qu’une fois encore on parle du département de l’Indre avec gourmandise.

 

Pour Noël tentez la bûche Tonka!


Posez-vous confortablement, fermez les yeux et imaginez un biscuit chocolat, un streusel chocolat et une marmelade d’orange. Ajoutez une crème brûlée orange et tonka avec une mousse chocolat noir qui va enrober le tout. Pour finir, montez une ganache chocolat au lait et tonka. «C’est la bûche de Noël 2020 et c’est à la fois gourmand et tonique !» ose Franck Grabowski, le président des pâtissiers de l’Indre qui ont dévoilé leur dessert des fêtes. «Cette bûche est passée entre les gouttes», plaisante le Castelroussin en rappelant que les deux réunions de travail nécessaires à la réalisation du dessert ont soigneusement évité les confinements. «La première, celle au cours de laquelle les 9 pâtissiers de l’association gouttent, discutent, échangent autour des ingrédients, s’est tenue juste avant le premier confinement en mars. La deuxième, celle où nous préparons la fiche recette finale, a eu lieu en septembre.» Et c’est la tonka, fève d’épice du Brésil, qui a emporté la décision jusqu’à prêter son nom à la bûche. «La tonka a un parfum très difficile à déterminer, mais qui se marie très bien avec l’orange. Ça apporte un peps supplémentaire au mariage orange-chocolat qui fait très Noël.» Vous pouvez rouvrir les yeux et passer commande chez votre 01pâtissier, membre de l’association, il vous attend !

 

Rechercher
X