X+3, ça c’est Chnut !

Le Moulin d’Angibault renoue avec le Grand bal du collectif tradeux

par Nicolas Tavarès

Nul besoin d’atteindre un âge canonique pour entrer dans la légende. Le Chnut, collectif d’anciens élèves de la classe de musique trad du conservatoire de Châteauroux, s’est constitué en 2011. Autant dire hier. Il n’a pourtant pas tardé à s’inscrire dans la tradition du sud Berry. Son nom, qui relève de l’énigme, y a évidemment contribué.Sa localisation au coeur d’un très étiré triangle Montipouret-Chassignolles-La Châtre, terre de tradeux s’il en est, fait qu’un Grand Bal du Chnut «à Châteauroux ou ses environs n’est pas à l’ordre du jour» prévient Rémy Villeneuve.

Le joueur de cornemuse est l’un des instigateurs du collectif ; les 18 et 19 mai, il aura l’immense plaisir de recevoir une belle brochette de groupes pour le retour du Grand Bal de printemps initialement programmé au Moulin d’Angibault mais qui aura finalement lieu au Relais des Pas Sages à Pellevoisin en raison d’inondations sur le site de Montipouret. Si l’on en parle, c’est que le Chnut n’a plus organisé pareil conseil des sages depuis 2017. «Après ce Grand Bal, le collectif s’est un peu éclaté. On s’était dit que nous organiserions le suivant en 2019, mais finalement on a repoussé. On a juste fait trois petits bals par an.» Être Chnut, c’est parfois savoir procrastiner.Pour le coup, la bande a failli oublier de souffler les bougies de son dixième anniversaire. Il sera fêté à Montipouret pendant le week-end de bals d’où la mystérieuse appellation « Grand Bal du Chnut X+3 ». X pour 10 ans ; 3 pour les années passées depuis 2021. Être Chnut, c’est manier l’humour capillotracté.

Revival des bals trads

N’empêche, le collectif a bien pris la mesure du revival des bals trads. «Il semble y avoir un nouvel engouement. Le festival L’Air du Temps à Lignières a son bal ; le trad prend de plus en plus de place dans les musiques actuelles.» Il séduit la population et réécrit la géographie de ses terres de prédilection. «On était plutôt dans le sud de l’Indre jusqu’à maintenant et là, on va de plus en plus vers la Brenne.» Le Chnut ayant l’âme vagabonde, «on est itinérant» dit Rémy, le Grand Bal, ses valses ou ses polkas pourraient bien se poser un jour à Mézières-en-Brenne ou à Méobecq à l’image de ce bal d’hiver organisé le 3 février dernier dans le village. Pour l’heure, c’est bien au Relais des Pas Sages que le rendez-vous est fixé pour renouer avec un glorieux passé : «L’espace est top, on peut y faire du bruit.»

Un bal pour les enfants

Ce bruit, il viendra des Longskateurs, de Super Parquet, de Bâtons de Quartier, d’Arquebuse, du trio Meunier-Villeneuve (vidéo ci-dessus), de Kalimouchow, de la Pibole, Radical Strapontin ou de La Preyra. Deux jours durant, le Grand Bal ne va pas ménager les organismes. «Deux jours, il faut les tenir. La partie logistique est la plus difficile, mais on ne redémarre pas de zéro. On l’a déjà fait cinq ou six fois, ce n’est pas compliqué. On essaye juste de s’améliorer mais on ne va rien révolutionner.» Au chapitre nouveauté, le Chnut a prévu un bal pour les enfants animé par Margaux Pasquet et Élodie Suarez, deux des voix du trio Euphrasie et des Michelibediches.

«Le milieu du bal trad, c’est plutôt un état d’esprit familial et les enfants vivent un peu leur vie.» Le parquet s’offrira à leurs pas. Être Chnut, c’est avoir l’instinct maternel. Quant à la suite, Rémy Villeneuve consent à dire que tout n’est que question d’intendance. «On va déjà voir au soir du 19 mai. Nous ne sommes pas là pour organiser à tout prix un événement. Se retrouver entre copains pour passer un bon moment nous suffit. La sono qui déconne, ça c’est Chnut ! Quelqu’un qui tombe à l’eau, ça c’est Chnut !» En fait, être Chnut, ce serait presque rock’n roll.

Bal du Chnut
les 18 et 19 mai
Relais des Pas Sages à Pellevoisin

Zoom : Et en route pour la joie
Le festival l’Air du Temps invite à la fête


Julie Rangdé, directrice des Bains-Douches à Lignières, va vivre son premier festival L’Air du Temps. Désormais bien installée dans ses fonctions, elle a tenu à imprimer sa marque sur l’édition : la fête en sera le fil rouge. «L’affiche de cette nouvelle édition donne le ton : chanson, esprit de fête, ancrage territorial. Nous allons nouer et renouer avec la joie» promettait-elle en mars dernier lors de la présentation du festival dans les locaux de France Bleu Berry. «Il sera un partage entre les générations avec des portes d’entrée pour tous les âges. Nous souhaitons renforcer la convivialité, l’esprit de fête donc, à l’aide de choses improbables…»

Les organisateurs ont convié des artistes confirmés – Arman Méliès ou Claire Diterzi «une enfant des Bains-Douches» qui servira un concert à table ; des habitués, comme Volo et ses 20 ans de carrière ; ou la nouvelle vague, les Grande ou Mesparrow. Puisque L’Air du Temps se vit au grand air justement, le public pourra également prendre la clé des champs comme l’y invitera Unio (photo) dans une ballade chantée. Les soirées appelées à se prolonger tard dans la nuit, et Toukan Toukan qui assurera le final en transformant en discothèque le jardin des Bains, le ton est donné…


L’Air du Temps
du 8 au 11 mai à Lignières

Rechercher
X