Pour le bon plaisir de Madame

Le Lady Day, événement bien-être à Châteauroux, sera dédié à toutes les femmes

par Nicolas Tavarès

«Le 8 mars, c’est le jour de lutte pour les femmes. Le 9, c’est le rendez-vous détente rendu possible grâce aux luttes passées…» En deux phrases Céline Begrand plante le décor de la première édition du Lady Day pensé «pour toutes les femmes, toutes les morphologies, tous les âges !» rebondit pour sa part Nicolas Pernot. Céline et Nicolas sont des commerçants bien connus dans le vieux Châteauroux. Elle tient le love-shop Le Tiroir, lui le bar Le Sans Chichi. Les deux partagent le plaisir d’animer la rue Grande et se disent même prêts à en faire profiter les voisins du centre-ville. Ils se sont ainsi impliqués dans la Médiévale qui a renvoyé le quartier au Moyen-Âge l’an dernier (la 2e édition aura lieu le 1er juin). Ils ont également lancé La Grande Fierté, fête pour donner de la visibilité à la communauté LGBTQIA + (rendez-vous le 15 juin). Pour la Saint-Valentin, ils ont mis sur pied une soirée pour célibataires.

«L’événementiel, c’est quelque chose qui me plait, admet Nicolas. Et il n’y a pas eu besoin de monter une association pour ça. C’est d’abord une amitié qui nous lie Céline et moi. On aime créer des choses sans se mettre de limites. La seule que l’on ait c’est notre imagination.» Cette fois, le duo de commerçants s’attaque à un défi qui va l’éloigner de sa zone de confort de la rue Grande. Le Lady Day se déroulera à la salle Barbillat-Touraine de Belle-Isle. «Cette salle va se prêter à ce que nous voulons faire : rassembler du monde afin d’offrir une journée de bien-être aux femmes, explique Nicolas Pernot. La veille, le 8 mars, il y aura eu la journée internationale des droits des femmes. Perle, mon épouse, et Céline ont imaginé monter un événement qui serait quelque chose de positif, en tout cas pas revendicatif. Nous avions d’abord pensé faire un afterwork au bar, mais de fil en aiguille on s’est retrouvé à la salle de Belle-Isle.»

Céline et Nicolas, fidèles à leurs principes, ont donc vu grand. Leur credo, c’est prouver «qu’à Châteauroux, il y a tout ce qu’il faut pour vous mesdames.»Dans un premier temps, ils ont sondé les commerçants qui leur ont renvoyé un écho favorable. «Ils ont adhéré à 200 %». Normal, Céline et Nicolas avaient dévoilé leur événement sur les réseaux sociaux et les likes sont arrivés de toutes parts. Chacun a alors pris conscience qu’il se passait quelque chose. Le duo a ensuite fait le choix de privilégier les petits commerces indépendants installés sur l’agglomération de Châteauroux à Saint-Maur en passant par Ardentes.

Commerces et assos

Vêtements, chaussures, coiffure, bijoux, bien-être ; ils ont coché les cases les unes après les autres. Comme le Lady Day s’annonce comme une parenthèse de détente pour les femmes, un événement «où elles pourront passer toute une journée sur place si l’envie leur prend», Céline et Nicolas se sont tournés vers le milieu associatif. «Nous avons cherché parmi les associations celles qui sont en mesure de présenter une démonstration et une initiation à leur discipline dans un espace qui leur sera réservé.» L’Ovalie déoloise, club de rugby féminin, les Pirnanas, une équipe de roller derby (photo ci-dessus), sport que Céline pratique, l’US Saint-Maur tennis ont dit banco dans un même élan. Boxe, danse de salon et conférence seront également au menu des visiteurs.

En tout, le Lady Day se déclinera au travers de 50 nuances d’exposants. Nicolas énumère alors la liste des animations qui rythmeront la journée. Le professeur du Centre Académique de Danse Jérôme Piatka deviendra conférencier pour évoquer les origines de sa discipline. Un défilé de mode initié par Darjeeling s’invitera dans le programme. En soirée, le Lady Day deviendra scène avec « Béné se met à nu ». Les organisateurs auront même des invitées de marque avec Miss Berry, Miss Curvy et Miss Mademoiselle. «Nous allons passer cette première édition et nous verrons les retours. Mais si nous pouvons reconduire l’événement, on ne s’en privera pas» tranche Nicolas. Céline Begrand insiste pour sa part sur la philosophie du rendez-vous : «Le Lady Day n’est pas exclusivement féminin». «Oui, les hommes sont tolérés» s’amuse Nicolas Pernot. Mais si vous avez autre chose de prévu ce 9 mars, messieurs, aucune des participantes ne vous le reprochera. Parce que le Lady Day c’est d’abord pour toutes les femmes !
Lady Day
Samedi 9 mars Salle Barbillat-Touraine à Châteauroux
De 10h à 22h, entrée : 5€

Rechercher
X