Un Portrait pour deux

Minéral, musical, artisanal, artistique, tel est l’univers de Rachel et Patrick

par Nicolas Tavarès

Elle façonne l’argile, lui taille la pierre. Rachel joue de la contrebasse, Patrick de la batterie. Il arrive que les deux exposent ensemble. Itinéraire d’un accomplissement artistique en duo.

La terre, la pierre, la musique. Peu importe l’ordre, on a de toute manière connu piliers moins solides pour donner consistance au quotidien. Quelque part à Villedieu, Rachel et Patrick Portrait évoluent dans cet univers où l’artisanat le dispute à l’artistique ; où la créativité participe à l’épanouissement du couple. Voire même de toute la famille à les écouter parler des talents de leurs deux enfants.

Chez Rachel et Patrick, sans que leur chez-soi s’apparente à un véritable atelier, on trouve des sculptures, une batterie (à monsieur), des céramiques ou une contrebasse sur lesquelles seules les mains de madame se posent. Apprendre que dans une autre vie Patrick fut coiffeur et que Rachel exerça dans le milieu de l’équipement de protection individuelle fait comprendre que le fil de leur existence n’a pas toujours été un fleuve tranquille.

Tailleur de pierre aujourd’hui, Patrick a fait le grand écart professionnel. Rachel y voit une logique et s’en amuse : «Qu’il s’agisse de tailler du cuir, du tissu, des cheveux ou de la pierre, l’outil de Patrick, c’est le ciseau ! Pour ma part, j’ai suivi une formation de céramiste.» Mais un même mot résonne dans leurs parcours respectifs : reconversion. Chacun au gré des circonstances. Il y a quinze ans pour Patrick ; en 2018 pour Rachel. Et ce sera céramiste pour elle, mais à plein-temps : «J’ai entamé un brevet des métiers d’art. Le diplôme ne changera rien, j’avais simplement besoin de gagner en compétence, d’avoir une légitimité.»

«Nous sommes d’une génération pour laquelle la reconversion professionnelle est plus facile. Aujourd’hui, je jouis de mon savoir-faire. La taille de pierre, c’est une rencontre» déroule Patrick en insistant sur son plaisir de travailler la matière à la campagne plutôt que de partir à l’assaut d’une cathédrale. «J’adore voir mon décor changer tous les jours. Mais j’ai un métier épuisant alors quand je rentre, j’ai besoin de temps libre et de créer.» La quête de Rachel est du même ordre. «J’ai fait le même job pendant 25 ans. J’avais besoin de temps pour me réaliser, m’éclater et manger grâce à mon activité» avance-t-elle.

Dans l’orchestre d’harmonie

Et la musique dans tout ça ? «Enfant, j’en ai fait un peu puis il y a eu une coupure de trente ans. La contrebasse ? J’aime les basses et Patrick m’a suggéré d’essayer ça. J’ai posé mes mains sur l’instrument. Il m’attendait depuis toujours.» En septembre, Rachel intègre l’orchestre d’harmonie de Châteauroux, arguant qu’avoir «participé au projet Pinocchio de Denis Reignoux, l’an dernier, a fait accélérer l’apprentissage.» De son côté, le sport l’ayant usé – «rugby à Buzançais, mon club de coeur, puis boxe, triathlon et encore rugby» – Patrick a repris la musique. La batterie (électronique), il lui arrive d’en jouer au petit matin, casque sur les oreilles. «Je fais partie d’un groupe. Nous n’avons pas encore fait de concerts, trois étaient prévus avant le confinement… Ça fait quatre mois qu’on est ensemble. On fait du rock garage.» Un énième pas de côté créatif comme Rachel ou Patrick les aiment. «Parce que la créativité chez Patrick, c’est au quotidien. Moi, je peux le faire sur la céramique. J’aurais du mal à le faire sur la musique.»  Ça reste encore à prouver.

Ensemble par « gourmandise »

Rachel et Patrick Portrait exposent actuellement leurs oeuvres au restaurant Jeux2Goûts à Châteauroux. « La Gourmandise » chez le chef Christophe Marchais, c’est tout sauf du hasard. «Je mène avec lui un projet pour mon brevet des métiers d’art», explique Rachel. Le couple avait déjà exposé ensemble, c’était à Villedieu fin 2019. Une première à l’invitation de Sabrina Courcelles, responsable du service animation culturelle de la Communauté de communes Val de l’Indre-Brenne. Initiative qui participe à l’envie qu’ont Rachel et Patrick de monter un autre projet en commun «à taille humaine» avoue Rachel, sans en dévoiler beaucoup plus. À l’automne, c’est en solo et au musée de l’abbaye de Déols que Patrick exposera…

Rechercher
X